The Boyd Group Income Fund (BYD.un)

Publié le 26 juillet 2011 par Philippe Rancourt
Catégories: Analyse d'un titre, Martin Veillette

Voici une contribution spéciale d’un lecteur du blogue, Martin Veillette, qui nous fait découvrir un titre très intéressant. Merci Martin de sortir ce blogue de sa léthargie !

—————————————————————————————————–

Il s’agit du plus important propriétaire de centres de réparation automobiles après collisions en Amérique du Nord avec 164 points de service répartis dans 4 provinces canadiennes et 13 États américains.

L’entreprise est en pleine expansion, principalement aux États-Unis, et y parvient principalement par acquisitions. Elle y est présente depuis 1999. Les ventes des sites américains représentent plus de 75% des ventes totales de l’entreprise.

L’entreprise estime le marché nord-américain de la réparation après collisions entre 30 et 40 milliards de dollars par année. Les concessionnaires automobiles occuperaient de 25 à 30% du marché et le reste serait très fragmenté. L’entreprise estime que des groupes avec sites multiples n’auraient que 10% du marché.

Il y a donc d’importantes possibilités d’expansion dans un marché fragmenté. Les dirigeants ont jusqu’à maintenant montré leur doigté avec les nombreuses acquisitions effectuées et les hausses de rentabilité observées suite à leur intégration.

En devenant un joueur majeur dans l’industrie, la compagnie se bâtit une meilleure position face aux compagnies d’assurance avec qui elle doit négocier des ententes de règlements après accidents.

Le titre est peu suivi et la capitalisation boursière est de seulement 150M$. Bien que les comparatifs soient souvent boiteux étant donné que leurs marchés respectifs sont bien différents, je pourrais comparer les possibilités de croissance de Boyd Group avec MTY Food et même Alimentation Couche-Tard à un certain moment de son évolution. De plus, vous obtenez un dividende d’environ 3%.

Cette industrie est relativement stable, les collisions automobiles sont là pour rester !!

Comme dans toutes les entreprises qui croissent principalement par acquisitions, tout repose sur l’équipe de gestion et à son habilité à acquérir de belles entreprises et à payer un prix raisonnable. Avec le temps, l’entreprise aura aussi plus de difficulté à faire l’achat de plusieurs unités dans une même transaction étant donné le peu de joueurs majeurs dans l’industrie.

Jusqu’à maintenant, difficile de questionner le jugement des dirigeants quant à leur plan d’expansion. Les profits par action ont quadruplé au cours des 3 dernières années !!

Articles sur le même sujet:

  1. Rona vs Alimentation Couche-Tard
  2. Techno + Acquisition = Danger
  3. Parkland Income Fund

5 commentaires sur “The Boyd Group Income Fund (BYD.un)”

  1. Pierre-Olivier Langevin a dit...

    Vite comme ça, ça semble intéressant!
    Comment expliquer que la société soit toujours une fiducie de revenue? Je croyais que seules les REITs canadiens pouvaient continuer d’opérer en fiducie?
    Également, qu’est-ce qui explique la forte baisse des bénéfices au Q1 2011 ainsi que la réduction de moitié du dividende?

    Content de voir le blogue revenir à la vie! :)

    Au plaisir,
    Pierre-Olivier

  2. Philippe Rancourt a dit...

    Salut Pierre-Olivier,

    En fait, aucune fiducie de revenu n’était forcée de se convertir. C’est juste que les règles fiscales devenaient très défavorables pour la plupart d’entre-elles après le 1 janvier 2011. Dans le cas de Boyd, 75% de ses revenus est fait au États-Unis et n’est pas soumis à l’impôt canadien. Il semble donc qu’ils peuvent demeurer une fiducie sans trop d’impact défavorable.

    Le bénéfice net (i.e. les profits comptables) n’est pas vraiment un bon indicateur de rentabilité pour une fiducie, il vaut mieux regarder le “distributable cash” qui est en progression dans le cas de Boyd Group.

    Je ne comprends pas ton commentaire sur le dividende, loin d’avoir été coupé, il a plutôt été fortement augmenté au q4 2010.

  3. Pierre-Olivier Langevin a dit...

    Le dividende du Q1 2011 n’est-il pas passé à 4 cents plutôt que 9 cents au Q4 2010?

    Par ailleurs, merci pour la précision!

  4. Philippe Rancourt a dit...

    Un dividende de 3,5 cents est versé à chaque mois (équivalent à 10,5 cents par trimestre ou 42 cents par année)

  5. Pierre-Olivier Langevin a dit...

    Bon je vais me limiter au rapport annuel dans ce cas… Google Finance me fait peur par les temps qui courent!

Commentaire: